Le bitcoin est-il une bulle ?

Le bitcoin est il vraiment une bulle ?

C’est la réflexion la plus populaire parmi nos amis banquiers et autres gestionnaires de patrimoine. De plus, pour convaincre leur auditoire, ils aiment citer les bulles passées. À savoir, dans un ordre chronologique, la Tulipomanie, la bulle des valeurs technologiques (Dot-com bubble) et la crise financière de 2008. Faisons un tour d’horizon et comparons-les au protocole Bitcoin.

La Tulipomanie

Au 17ème siècle en Hollande, en 1637, les cours de la vente de bulbes de Tulipes atteignaient des sommets et une simple graine à planter dans son jardin pouvait coûter le prix d’un appartement dans le centre-ville d’Amsterdam !

La montée fulgurante des prix d’une tulipe est dû à plusieurs facteurs, notamment sa rareté, le temps de pousse et le fait qu’en posséder était considéré comme un signe de richesse.

Pour commencer, il fallait compter entre 7 et 12 ans pour qu’une tulipe arrive à maturité. Ensuite, la tulipe ne restait en fleur que quelques semaines entre le mois de Mars et le mois de Mai. Après quelques années, la fleur meurt et les graines qu’elle laissait permettaient de planter d’autres tulipes… mais cela impliquait d’attendre une autre décennie… Pour raccourcir ce temps, il était possible d’extraire les graines de tulipes lorsqu’elles n’étaient pas en fleur et de replanter ces bulbes qui ne nécessitaient que 3 ans pour “apparaître”.

Bien que complexe, il manquait un dernier élément pour garantir la flambée des prix… la rareté de certaines tulipes. En effet, une large minorité d’entre elles présentaient un coloris marbré ! De plus, celles-ci ne donnaient pas naissance à d’autres tulipes marbrées ce qui rendait la fleur encore plus unique ! Tous les ingrédients étaient réunis pour une croissance vertigineuse.

Aujourd’hui, nous savons que cette marbrure était l’œuvre d’un virus mais on l’ignorait à l’époque.

Les tulipes ne sont transplantables que pendant leur phase de repos, donc les personnes s’échangeaient et achetaient la possession de la tulipe dans l’espoir de la revendre plus cher à quelqu’un d’autre. C’est un des premiers produits dérivés que l’économie ait connue. Les prix sont montés jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’acheteurs… et ce jour est arrivé à Haarlem situé à 20 kilomètres d’Amsterdam. Aucun acheteur ne s’est présenté à une mise aux enchères de routine. C’était le début du déclin et la bulle spéculative a très vite éclaté.

Nous étions bel et bien en présence d’une bulle spéculative car acheter une tulipe n’avait aucune autre utilité excepté d’espérer la revendre plus cher. Sans compter que les tulipes n’étaient pas identiques (celles qui étaient marbrées) et qu’elles fanaient…

A l’inverse, le bitcoin a une valeur intrinsèque et agit comme valeur refuge. Chaque bitcoin est identique, issu du minage et ils sont produits en quantité égale à intervalle régulier (ce chiffre est divisé par deux tous les 4 ans environs (Halving)).

Cette comparaison avec le bitcoin a été rendue populaire par Jamie Dimon, PDG de la JP Morgan & Chase, plus grosse banque des États-Unis d’Amérique.

Ironie du sort, la JP Morgan a annoncé en février 2019 qu’elle allait créer sa crypto-monnaie…

Pour synthétiser, les tulipes ne sont pas un registre de comptes gratuits, ouvert, immuable, distribué, chiffré et inarrêtable par quoi ou qui que ce soit d’autre qu’une coupure d’électricité mondiale ! Et encore, cela ne suffirait pas, car des copies de la Blockchain Bitcoin ont été faites sur des satellites… !

Voilà̀ pourquoi les tulipes étaient une bulle et que le bitcoin n’en est pas une. Passons maintenant à une bulle plus récente.

La Bulle Dot-com

À la fin des années 1990, internet commençait à se démocratiser dans le milieu professionnel et une multitude de start-ups se sont créées en quelques années. Toutes promettaient la lune et l’argent coulait à flot vers ces petites structures qui allaient révolutionner le monde. Certains investissements retournaient des coefficient au centuple et c’était la nouvelle ruée vers l’or. Jusqu’au jour où l’engouement est retombé et la cote de ces compagnies technologiques a fait une chute vertigineuse. Beaucoup d’entreprises ont cessé leurs activités d’un jour à l’autre et les investisseurs ont perdu leur investissement initial.

Seules quelques entreprises solides sur le long terme opèrent encore aujourd’hui.

Parmi elles, nous pouvons citer Amazon, eBay ou encore NetFlix.

En terme de chiffre, l’action Amazon a chuté de 92,6% pour passer de 94 euros le 17 décembre 1999 à 6,80 euros le 28 septembre 2002.

Mais celui qui veut voir l’arc-en-ciel, doit apprendre à apprécier la pluie. Cette “bulle” qui a explosé a donné lieu à un second souffle appelé le Dot-Com Boom !

Depuis, Amazon est revenu très fort, avec un solide +14 442,22% en 20 ans et les investisseurs long terme ont vu leurs gains croître au fil des ans au fur et à mesure qu’internet pénétrait les foyers et le monde du travail.

Progression du cours d'Amazon sur 20 ans
Progression du cours d’Amazon sur 20 ans

Cours de l’action Amazon (AMZ) de 1999 à 2019

La comparaison bulle Crypto avec la bulle Dot-Com est compréhensible car on note une certaine similarité. Sur les 8000 crypto-monnaies recensées, seule une vingtaine sera encore de la partie dans 10 ans. Selon moi, le bitcoin, joue ici le rôle “d’Amazon” et l’Ether joue le rôle d’un eBay… Seulement, sans boule de cristal, impossible de prédire l’avenir avec les nouvelles technologies qui seront développées (MimbleWimble, Atomic Swap…).

MySpace craignait Friendster mais c’est Facebook qui a remporté la mise. Plus récemment, ce sont NetFlix et YouTube qui font un pied de nez aux grands réseaux de distribution de masse. Cela étant dit, le Bitcoin peut-il être assimilé à un système pyramidal ?

Définition d’un Ponzi

Selon le site référence Investopedia, une organisation pyramidale est un investissement frauduleux promettant des retours sur investissements élevés grâce à l’acquisition de nouveaux membres. Ainsi, les membres les plus anciens sont payés par les nouveaux arrivants.

Ici, le protocole Bitcoin et son token éponyme ne sont pas une compagnie qui peut perdre en profitabilité́ et mourir. Les propositions de valeur du Bitcoin (et du bitcoin) n’ont jamais été́ financières et les raisons de son invention sont bien plus nobles. Le Bitcoin n’a pas été́ créé par hasard, il fait suite à la crise financière de 2008 dans un but de simplifier les mouvements d’argent et les rendre publics. L’idée principale était de redonner le pouvoir aux particuliers et de ne plus être prisonniers des banques et des intermédiaires. En d’autres termes, Bitcoin a été́ inventé pour un monde plus juste. A l’inverse, un système pyramidal récompense les premiers acheteurs avec les nouveaux et ainsi de suite. Le BTC ne propose pas de retour sur investissement, son nombre maximum est prédéfini (21 millions de tokens). Son prix se base sur sa demande par rapport à sa rareté́.

Plus de gens veulent se procurer du bitcoin, plus son prix augmente. C’est aussi simple que ça. Quand on comprend la technologie derrière le bitcoin et les raisons pour lesquelles il a été́ inventé, les raisons qui le différencient d’un système pyramidal deviennent évidentes.

Voici un exemple de système pyramidal dont personne ne veut parler : celui des pensions de retraites. Les travailleurs actifs payent pour les plus âgés à la retraite.

C’est un système astucieux tant que l’équilibre est maintenu entre la population des travailleurs et celle des retraités.

Or, avec l’allongement de l’espérance de vie et des jeunes qui font des études de plus en plus longues, il y a de moins en moins d’argent qui rentre dans les caisses de l’État. Sans mentionner les cerveaux qui partent à l’étranger vers des terres plus prometteuses et la baisse du taux de natalité[1] qui n’arrange rien.

Malheureusement, cette équation ne peut pas durer dans le temps car elle dépend du nombre de “nouveaux arrivants” sur le marché du travail pour payer les retraites de ceux qui ont obtenus leurs 166 trimestres réglementaires… Des mesures sont prises, comme l’âge légal de départ à la retraite mais cela ressemble étrangement à un système pyramidal. Pour être exact, ce n’en est pas un car l’État est là pour combler le déficit… mais jusqu’à quand…

Si les enjeux économiques et sociaux du bitcoin vous intéresse. Ceci est un extrait de mon livre “Le bitcoin est-il vraiment une bulle ?” disponible sur Amazon.


[1] https://www.bfmtv.com/societe/les-raisons-de-la-baisse-du-taux-de-natalite-en-france-1613016.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top